Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'imaginarium

Les enquêtes d'Enola Holmes - Nancy Springer

11 Novembre 2015 , Rédigé par Bibli Donnezac Publié dans #Romans Ados

Tome 1

La double disparition

Afficher l'image d'origine

S'il est une chose que j'aimerais savoir, c'est pourquoi ma mère m'a nommée "Enola". Enola qui, à l'envers, se lit : alone. En anglais : seule. Et c'est bel et bien seule que je me suis retrouvée le jour de mes quatorze ans, ma mère ayant disparu de notre manoir de façon inexpliquée. J'ai alors été contrainte d'en informer mes frères aînés que je n'avais pas revus depuis dix ans - Mycroft et Sherlock Holmes. Or ce n'était pas eux qui allaient m'être d'un grand secours. Jugeant que mon éducation laissait à désirer, Mycroft n'avait qu'une idée : m'expédier en pension pour faire de moi une lady. En outre, Sherlock estimait ma capacité crânienne bien trop limitée pour pouvoir résoudre le mystère de cette disparition. J'étais pourtant la seule à avoir décelé des indices dont mon détective de frère n'avait pas la moindre idée. C'est donc le cœur empli d'espoir, que j'ai décidé, malgré mes appréhensions, de partir à la recherche de ma mère. Seule

 

Tome 2

L'affaire Lady Alistair

Afficher l'image d'origine

De quelle prescience ma mère avait-elle fait preuve en me prénommant "Enola", qui, à l'envers, se lit : alone. En anglais : seule. Car c'est bel et bien seule que je me suis retrouvée le jour de mes quatorze ans, ma mère ayant disparu du manoir familial de façon inexpliquée. Partie à sa recherche, je parvins à échapper à la vigilance de mes frères aînés - Mycroft et Sherlock Holmes -, qui souhaitaient m'expédier en pension pour faire de moi une lady. A l'image de mon détective de frère, je décidai alors d'ouvrir à Londres, au nez et à la barbe de mes frères, un cabinet de "Spécialiste en recherches - Toutes disparitions". Le docteur Leslie T. Ragostin allait être mon patron imaginaire, celui que je m'étais inventé pour exercer ma nouvelle profession en toute discrétion. Et c'est avec un petit choc qu'un matin, en ce mois de janvier 1889, je déchiffrai la carte de visite de mon premier client, glissé sous mon nez par le réceptionniste : "Docteur John Watson (docteur en médecine)

 

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article